Découvrir les thés de Chine

Découvrir les thés de Chine

La Chine est le berceau du thé. Qu'il s'agisse de son utilisation ou de sa production, le thé entre dans l'histoire par l'Empire du Milieu. Aujourd'hui encore, les Chinois demeurent les plus grands producteurs et consommateurs de thé : tachons de découvrir l'histoire du thé en Chine et les spécificités de ces crus du bout du monde.

Brève histoire du thé en Chine

: prononcé "cha", voici le sinogramme qui signifie "thé". Mais avant d'être un mot, le thé est une plante, dont les feuilles sont consommées en Chine depuis... plusieurs milliers d'années. S'il est difficile d'estimer le point de départ exact de la consommation de thé en Chine, on estime que ses feuilles étaient déjà utilisées à des fins alimentaires et médicinales à l'époque préhistorique (= avant l'apparition de l'écriture, soit 1500 avant JC).

D'abord consommé avec des épices sous la Dynastie Han (celle qui régnait à l'an 0), la culture du thé se généralise rapidement au cours de l'Antiquité, s'étendant progressivement, du Yunnan et du Sichuan, le long du sud de la Chine. Il constitue avant tout une boisson médicinale et ce n'est qu'au cours du VIème siècle que le thé devient une boisson sociale, dont la consommation se popularise dans le pays.

Sous la Dynastie Tang, dans la deuxième moitié du premier millénaire, on consomme le thé en poudre, parfois mixé avec du gingembre, du poireau, de la menthe et des écorces d'orange. Le thé circule sous forme de briques, qu'on émiette au moment de l'infuser.

Au tournant des millénaires, le thé devient une poudre qu'on fouette. C'est à cette période qu'il traverse la mer de Chine pour aller conquérir le Japon : le pays du Soleil Levant en gardera le Matcha pour héritage. Se succèderont ensuite les Dynasties Ming et Qing, du XIVème au XXème siècle, qui verront apparaitre les formes modernes de consommation du thé : séchées, les feuilles de thé sont ensuite infusées dans des théières, permettant de déguster le thé tel qu'on le connait aujourd'hui.

La production du thé en Chine aujourd'hui

Au cours des 50 dernières années, la modernisation de la production du thé en Chine a permis de populariser sa commercialisation, sa consommation et son export. Ce dynamisme a permis au pays de devenir le premier producteur, consommateur et exportateur mondial de thé.

Spécialisé dans les thés verts et les thés bleu-vert (également appelés thés Oolong), le pays produit également un peu de thé noir et de thé naturellement parfumé, comme le célèbre thé au jasmin.

Contrairement à l'Inde, qui, sous l'impulsion des Britanniques, a mis en place une classification des thés par origine (Assam, Darjeeling...), la Chine identifie les thés par procédés de transformation des feuilles. En d'autres termes, on pourra trouver en Inde des Darjeeling blancs, verts, noirs... mais tous viendront de la même province. À l'inverse, en Chine, un Long Jing aura toujours suivi le même procédé de transformation (un thé vert séché à chaleur sèche, plié...) mais pourra provenir de différentes provinces.

Afin de valoriser certains terroirs spécifiques, il est néanmoins possible désormais de trouver des thés de Chine réunissant ces deux approches. Ce sera le cas du Yunnan d'Or, par exemple, qui valorise à la fois le savoir-faire (récolte de bourgeons à plus de 80%) et la provenance (la province du Yunnan).

Il resterait beaucoup de choses à dire sur la transformation, la culture et la consommation du thé en Chine : ce sera l'objet d'un futur article... et d'un futur voyage par le thé !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés